Séjour en Mer Baltique

Publié le 16 Décembre 2016

 

Depuis maintenant 3 ans, je m’organise pour faire Trip pêche en Suède sur les lacs avec Julien et David Himbert.  Nous avions toujours l’habitude de partir sur de grands lacs Suédois de plusieurs milliers d’hectares. A force de les avoir pratiqués, je décide cette année de tenter une nouvelle destination en Suède. Un territoire de pêche mythique et unique pour traquer le Brochet : La Mer Baltique

Vous allez me dire, du Brochet en Mer ?

Et bien oui mais il ne s’agit pas d’une mer comme les autres. Plus exactement, sur les côtes de la Suède, les forts débits des fleuves ont créé un biotope assez exceptionnel. Une grosse poussée d'eau douce fait reculer l'eau salée. De sorte que la salinité y est très faible et des poissons comme le brochet, le sandre et la perche arrive à y vivre, alors que nous sommes sur les côtes de la mer Baltique. Néanmoins, à une certaine distance des côtes, on retrouve bien la « vraie » mer salée.

L’image contient peut-être : ciel, arbre, nuage, pont, plante, plein air, nature et eau

 

L’image contient peut-être : ciel, nuage, arbre, plein air, nature et eau

Après de long mois d’organisation et de préparation pour ce voyage unique, je me rends compte désormais que la semaine est passée beaucoup trop vite !

Une fois arrivé au chalet  à Vastervik , c’est le moment de monter les cannes. Pour ma part, mes choix étaient bien réfléchis. Deux grandes boîtes de rangements Plano 3730 contenaient mes leurres et petits matériels. A savoir, de nombreux Swimbait, Jerkbaits et autres Minnows. Et puis surtout un grand choix de leurres souples taillés pour le brochet. Les espaces vides étaient ensuite comblés par de nombreux Spinnerbaits, des têtes plombées de différents grammages (7 à 28g). La dernière boîte était affectée à tous les petits équipements (bobines de fluorocarbone, hameçons Triple VMC de rechange, BDL Titane, agraphes, …) ainsi que une pince coupante, pince à long bec et pince à anneaux brisé pour décrocher mais également couper des hameçons piqués trop profondément.

 

Niveau cannes, je suis parti sur 3 ensembles avec des grammages etdes actions variées pour différentes techniques. Pour ma part, j’avais glissé dans mon Tube de transport PLANO 4588: une canne Casting Shimano Beastmaster BX 210 H avec un Curado 201E pour la pêche de gros leurres dur comme des jerk, jerkbait, spinnerbait.   Une canne Casting Shimano Yasei Pike avec un Curado 301E pour les pêches avec des gros leurres souple. Pour finir, un canne Spinning  Biomaster Spin 6'3 MH avec un Stradic 2500 pour les pêches plus légère.

L’image contient peut-être : 1 personne, plein air, eau et nature

Ce qui m’épate dès le premier jour de pêche, c’est la clarté de l’eau ! Une eau cristalline, où l’on voit jusqu’à 5-6m de fond. Et ce qui m’épate encore plus, c’est cette de pêche de « shallow » ! En effet, j’ai parcourue pas mal de baies ventés à la recherche de maitre Esox, et bien on le traque dans des baies de faibles profondeurs (0.5m-2m).

Dans un premier temps, j’opte pour une pêche mythique en Suède, la pêche au Jerk avec le Glidin Rap 12.En le jerkant canne haute, j’arrive à le faire évoluer dans très peu d’eau et  voir un brochet sortir de nulle part pour attaquer le leurre dans une eau translucide,  offre de belles émotions.

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, ciel, océan, plein air, eau et nature

En plein milieux du séjour, le temps couvert et venteux devient  calme et ensoleillé. Les brochets nous boudent, alors on se rabat sur les perches.

 

Et quelle pêche de perche !

C’est sur un énorme band de poisson que j’entame une pêche au leurre souple. Une tête plombée VMC Big Eye de 10g et un So Run SuperU Shad de chez Storm en 10cm.  A peine lancer, et sans même avoir eu le temps de toucher le fond que le shad se fait intercepter par une belle zébrée Suédoise.  Sur la Baltique les perches sont toute dorée et un peu plus grasses.

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, plein air, eau et nature

C’est environ 150 poissons de 30 à 45 cm qui seront capturés en très peu de temps. C’est un vrai plaisir que d’attraper de si beaux poissons, et puis ça change de la pêche du brochet.

 

 

Les journées ne se ressemblent pas et la météo change presque chaque jour. Cette fois si, c’est un grand soleil avec une brise légère qui vient s’écraser sur de belles bordures. Les Brochets semblent très décalés  où d’habitude on les prend très près de la bordure.

C’est sur une pêche d’immense plateaux d’herbiers que s’oriente la tactique de pêche, là où les brochets se met à l’affut et cacher du soleil. Les Jerk, Jerbait et autres leurres métalliques ne donnent rien.  C’est une vibration plus douce que les poissons semblent suivre et vouloir.

J’opte pour un Giant Tail Seeker Shad de chez Storm. Ce leurre Hybride (corps dur à queue souple) est parfait pour notre prospection. C’est un leurre qui coule lentement et qui permet de pêcher lentement au-dessus des herbiers, mais surtout une vibration moins agressive avec ça queue virgule.

Avec cette technique nous prenons des poissons sur les herbiers mais aussi à la sortie des herbiers en laissant le leurre couler lentement avant de reprendre la récupération. Technique qui paye car je suis soudainement bloquer net…. Gros coup de tête et le fil qui part plein travers faisant voir un énorme reflet. Nul doute, c’est un grand brochet !

Combat Titanesque avec la Yasei Pike pour éviter que ce brochet retourne dans l’herbier mais après une bonne bagarre le poisson ce rend. Une fois à l’épuisette ( et après explosion de joie), on le décroche, on prépare le tapis de réception, le mètre et le Peson digital Pro Guide de Rapala.

Ce brochet fait 1,17m pour 12 kg ! Un poisson mémorable, mon plus gros capturé en Suède, je suis aux anges !

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/14449848_10210554343125989_4480025774616468532_n.jpg?oh=e9633b067f54a17f81606e6d5117d819&oe=58743CC5

Je relâche ce grand poisson avec l’espoir de revenir sur ce poste et de le capturé à nouveau avec encore quelques centimètres de plus.

 

Un bon séjour de pêche avec un beau poisson, que demandé de plus !! Au total 283 poissons dont 22 supérieures à 80 cm, on peut dire qu’il s’agit d’une bonne semaine sur la Baltique.

 

Fin de séjour, retour à l’aéroport pour rentrer et par le hublot de l’avion je regarde la Suède et me remémore tous mes souvenirs en 4ans de voyages en Suède.

 

La Suède est un pays sauvage avec des lacs et des forêts. La nature est dominante et il vous suffit de fermer les yeux pour vous en rentre compte. Sur l’eau, vous êtes seul avec l’eau, les animaux et les poissons.

Mais ne croyez pas que partir pêcher la Suède est si facile, la pêche ça se mérite là-bas aussi. En effet, les conditions climatiques sont très changeantes et il faut quotidiennement tout reprendre à zéro pour trouver le pattern. La pêche peut aussi bien y être fantastique ! Si vous y aller, soyez prêt  à affronter les pires conditions, vous pourrez y vivre des grands moments de pêche !

En ce qui me concerne, ce séjour annuel est devenu une drogue et lorsqu’on y a goûté une fois, ça devient une addiction ! Aujourd’hui, je ne cache pas que si je suis de retour en France, une partie de moi est encore là-bas et m’appelle pour un énième voyage. On n’y revient jamais complètement…

Rédigé par Vincent

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article